Le jour où vous avez découvert LA VARENNE, vous n'avez vu que des arbres, un drôle de porche en bois recouvert de tuiles plates, et une longue allée qui n'en finissait pas : c'était comme une grotte de verdure, et cela vous a rafraîchi, il faisait si chaud !

Vous avez un peu hésité devant les vastes communs et puis vous avez trouvé la maison : vous avez pénétré dans une grande cour intérieure, où la piscine-miroir vous a rappelé que vous n'aviez plus de crème solaire.


Accueilli chaleureusement par votre hôtesse, vous vous êtes désaltéré dans le jardin, à l'ombre des tilleuls centenaires, et vous avez cherché avec elle sur les menus qu'elle vous présentait le restaurant que vous alliez élire dans la soirée, et qu'elle réserverait pour vous.